Facteurs de risque d’une crise de paludisme

Vous savez déjà que le paludisme est causé par le parasite portant le nom de plasmodium suite à une piqûre de moustique et qu’il s’agit d’une des maladies les plus mortelles de notre époque. C’est pourquoi aujourd’hui, je vous propose une immersion au cœur du mal à travers la découverte de la crise de paludisme.
Quelles sont ses manifestations, et que faut-il en savoir ?

Signes cliniques

Toute personne fiévreuse qui revient d’une zone où prévaut le paludisme, est potentiellement atteinte de la maladie. Selon les cas et la gravité, les manifestions sont très diversifiées. En effet, la crise de paludisme peut être ‘’simple’’ (c’est à dire sans complications), et peut se traduire par :

  • Des accès de primo-invasion peu particuliers
  • Une fièvre en plateau
  • Des douleurs abdominales
maux 1

La crise de paludisme entraine un inconfort évident

En dehors de ces quelques symptômes, il peut également y avoir des nausées et des vomissements. Le malade ressent alors une grande fatigue et des douleurs articulaires. Tout cela aboutit à ce qu’on appelle la fièvre tierce, et une élévation de la température de l’ordre de 39°C. Il faut alors consulter un médecin sans plus attendre afin qu’il prescrive le traitement médicamenteux le plus adapté. C’est un réflexe à avoir pour résoudre la crise, avant qu’elle ne devienne pernicieuse.

Il est très important d’éviter dans venir là, car c’est une situation qui peut très vite devenir mortelle.

Les facteurs de risque

La crise de paludisme est fortement favorisée par de nombreux facteurs. Ils sont très divers, et les plus populaires sont :

  • Le séjour dans une zone rurale, et surtout durant la saison pluvieuse (En Afrique en Général et au Bénin en particulier, on sait ce que c’est!!)
  • Le défaut de protection contre les piqures de moustiques
tourisme

Soyez prudents afin d’éviter le paludisme durant vos voyages

En dehors de ceux là, on peut être sujet à une crise de paludisme  si l’on a effectué un séjour dans une zone à forte transmission. L’Afrique sub-saharienne en est un exemple palpable. La forme sévère de la maladie peut également se déclencher, dans le cas où le sujet ne bénéficierait pas d’une immunité préalable. C’est très souvent le cas pour les touristes et les expatriés. Les femmes enceintes sont également des cibles.

En dehors de ces facteurs directs, la prise de certains médicaments peut également diminuer l’immunité. C’est souvent le cas avec ceux contenant des dérivés de cortisone, idem pour les médicaments contre le cancer. Pour faire face à ces crises, on recourt le plus souvent à des traitements anti-malariques. En tenant compte des résistances connues dans la zone de séjour, votre médecin traitant est capable de faire les prescriptions qui s’imposent.

En définitive, on retiendra que la crise de paludisme peut être mortelle dans certains cas. Pour éviter d’en arriver là, il faut suivre des mesures de protection très strictes.

Votre santé vous tient à coeur? Alors

 

Laissez un commentaire