Le cycle du paludisme

Au commencement était une piqûre… puis deux et parfois plus

Contrairement à ce que l’on peut s’imaginer dans certains pays impaludés, le paludisme ou la malaria n’est pas une maladie à déclenchement immédiat. On peut la comparer à une bombe à retardement dont le compte à rebours est déclenché par un parasite. Une fois inoculée, le parasite fait son petit bonhomme de chemin dans le corps de la personne infectée. Chemin faisant, il fait des rencontres, connait des mutations et sème la pagaille sur son passage.

Compte tenu du nombre de parasites, les dégâts peuvent alors entraîner le paludisme. Les réactions du corps face à cette pénétration dépendent alors non seulement du type de bactérie à l’origine de la maladie car il existe plusieurs formes de plasmodium, mais également de la résistance du futur patient.

En effet, dans de nombreux pays, en particulier ceux africains, l’OMS a observé une grande propension de la population adulte à développer une résistance au plasmodium responsable de la maladie.

cycle-paludisme

Le cycle du paludisme en image

Compte tenu de tous ces critères, le compte à rebours peut aboutir à une explosion dans des délais très variables. Durant ce temps, ce qui se produit dans le corps de la personne infectée est considéré comme étant le cycle du paludisme.

Si pour vous, le compte à rebours a débouché à plusieurs reprises sur l’explosion de la bombe et donc le déclenchement de la maladie, une meilleure connaissance du cycle du paludisme pourrait certainement vous aider à mieux estimer les risques.

Le brillant parcours d’un parasite vedette nommé plasmodium

Le parasite est un plasmodium qui est à l’origine du paludisme, une maladie dangereuse disposant d’un bilan de décès presque aussi important que celui du SIDA. Il est une maladie parasitaire dont le vecteur est une piqûre de moustique de la famille des anophèles femelles. En dehors de la piqûre de moustique, on considère que le mal peut être également transmis de la mère à l’embryon et durant certaines transfusions.
Quand les anophèles voudront déjeuner, elles vous inoculeront le parasite. Voici en quoi consiste le cycle du paludisme dans votre corps :

Une fois dans l’organisme, le parasite est sous la forme que l’on nomme sporozoïte qui va migrer immédiatement vers le foie par le biais de la circulation sanguine. C’est la première étape de la mutation, car le sporozoïte prend ensuite la forme d’un sporozoîde et se multipliera autant que possible en produisant un corps étranger du nom de schizontes dans la circulation sanguine. Cette première période du cycle du paludisme porte le nom de période prépatente. Elle a une durée variable en fonction du parasite à l’origine de sa présence. Ainsi, cette période minimale peut être de :

  • 6 jours pour le plasmodium falciparum,
  • 8-9 jours pour le plasmodium vivax et le plasmodium ovale,
  • 15 jours pour le plasmodium malariae.
parasite paludisme

Le paludisme: une question de cycle

La réaction du plasmodium vivax et ovale durant leur mutation dans le foie peut entraîner une invasion de l’organe par une forme latente de parasite. Le foie devient alors comme un garde à manger qui conserve les parasites malgré l’usage d’un traitement. Ainsi, le malade subira de nombreux cycles de paludisme qui aboutiront à des récidives. Toute cette phase se déroule sans l’apparition d’un symptôme particulier en surface : fièvre, fatigue….

Chez de nombreuses personnes, la multiplication du parasite peut s’arrêter à cette étape puis disparaître du corps par un ménage naturel. Le plus souvent, la colonisation se poursuit. On entre alors dans une nouvelle phase du cycle du paludisme.

Les parasites se multiplient toujours autant et la vitesse dépend de chaque famille de parasites. Ils pénètrent la circulation sanguine et se nourrissent des hématies. C’est souvent le début de la fièvre, à cette étape, l’explosion est imminente et se produit dans les sept jours qui suivent.

Lorsque les anticorps du malade sont les meilleurs, ils boutent le mal hors du corps. Le cas contraire, ce dernier progresse vers l’estomac puis l’ensemble du corps. En cas d’inaction, il atteint le cerveau du patient et peut déboucher sur sa mort.
C’est ainsi que se déroule le cycle du paludisme durant lequel le plasmodium tente vaille que vaille une colonisation.

 

Dans l’intérêt supérieur de votre santé:

 

 

Laissez un commentaire