Paludisme à Phuket: quand la démence et la dengue s’en mêlent

De taille très minuscule mais d’une dangerosité macroscopique, les moustiques sont les vecteurs de diverses maladies, dont la malaria. Côtoyant l’homme et parfois les animaux depuis des millénaires, ils ont établi leur résidence dans les pays du monde entier et la Thaïlande ne fait pas exception à la règle. Il est important pour les touristes de se renseigner sur l’endémie des zones qu’ils s’apprêtent à traverser et de prendre les dispositions qui s’imposent. Certains s’arment lourdement d’antipaludiques et de sprays anti-moustiques quand ils se rendent à Phuket, mais est-ce vraiment nécessaire ?

Moustique équivaut-il à paludisme à Phuket ?

Le moustique est l’insecte citoyen thaïlandais que vous  croiserez lors de vos séjours dans ce pays, autant que les autochtones eux-mêmes. Agaçantes et aussi menaçantes, ces bestioles se sont rapidement intégrées au milieu et auraient même déjà maitrisé la langue. Cependant, elles ne s’attaquent pas toutes de façon sanguinaire à ceux et celles qui croisent leur chemin. En effet, certains moustiques sont également friands d’animaux en tous genres à qui ils donnent parfois des suées froides. Mais la vraie question est : « sont-ils tous vecteurs du paludisme en Thaïlande, notamment à Phuket ? »

Phuket est une destination sublime mais pas exempte de moustiques!

Il assez répandu d’entendre que les moustiques n’agissent que la nuit. Mais en réalité, certains moustiques sont aussi actifs en journée. Quelques-uns prendraient parfois le bus ou le métro très tôt le matin pour vaquer à leurs occupations. Toutefois, ils sont plus présents dans les zones chaudes, humides et à forte végétation. C’est tout le contraire dans les zones constituées de plaines et dans lesquelles se pratique la riziculture. Dans les régions endémiques de Thaïlande, la transmission du paludisme par les moustiques se déroule plutôt la nuit. Mais les grandes villes du pays comme Phuket, font la grande exception quant aux chances d’y contracter le paludisme. De même, il n’y a aucun risque de contracter le paludisme dans les zones proches de la frontière du Nord. Par contre, il existe diverses autres maladies transmises par les moustiques dans les villes thaïlandaises qu’il importe de connaitre. (Source)

Quand les moustiques arrivent à vous rendre vraiment cinglés

Il existe une maladie dont la découverte s’est faite il y a peu de temps, mais qui est tout aussi redoutable que le paludisme. Il s’agit de l’encéphalite japonaise, une maladie inflammatoire causée par un virus dont les moustiques sont les principaux vecteurs. L’espèce qui transmet cette maladie est le moustique culex. On recense très peu de cas d’encéphalite japonaise dans les régions thaïes, mais les chances de la contracter sont quand réelles. Elle est souvent existante dans les villages et les régions où on pratique la culture du riz. Cette maladie attaque la zone cardinale du système nerveux, laissant à ses quelques survivants de terribles séquelles psychiatriques durables. De quoi vous rendre vraiment fous !

En Thaïlande, les moustiques peuvent vous faire perdre la tête

L’encéphalite japonaise présente fréquemment des formes asymptomatiques, mais un malade sur 250 en présente une forme symptomatique. Elle se développe de façon permanente, entrainant également des épidémies pendant et immédiatement après les périodes de mousson. Jusqu’ici, il n’a pas encore été établi un remède spécifique pour soigner l’encéphalite japonaise. Toutefois, il a été découvert en 2009, un vaccin contre cette maladie due aux moustiques. On le recommande fortement aux touristes désirant visiter la Thaïlande. C’est une disposition primordiale pour visiter Phuket ou une autre région en période de mousson. La vaccination contre l’encéphalite japonaise se fait en deux injections et le prix reste assez onéreux. Mais entre la folie et ses économies, le choix est vite fait ! (Source)

Parfois la dengue s’en mêle…

Il arrive que des épidémies de dengue se manifestent en Thaïlande, très souvent pendant la mousson. Les moustiques vecteurs de la dengue sont diurnes et surtout actifs en journée. Il s’agit du moustique-tigre, facilement reconnaissable par son corps tacheté de blanc. Les traitements de cette maladie sont encore inexistants. Alors, il est dans l’intérêt des touristes désirant visiter la Thaïlande de prendre les précautions nécessaires pour se protéger du moustique-tigre.

Par ailleurs, le virus Zika et le chikungunya circulent en toute liberté en Thaïlande. Ils échangeraient quelques politesses avec celui de la dengue quand ils se croisent dans les rues de Phuket. Les cibles idéales des moustiques sont les populations présentes dans les forêts, surtout pour le travail.

Comment les thaïlandais se protègent-ils des moustiques ?

La moustiquaire est une protection efficace contre les moustiques

Bien que les scientifiques ne soient pas d’accord avec les populations thaïes, consommer des bananes permettrait selon ces dernières, de se protéger des moustiques. Toutefois, dans les zones rurales où se pratique la riziculture, les thaïlandais introduisent des poissons dans les retenus d’eau, éliminant ainsi les larves de moustiques. C’est là une excellente défense biologique pour limiter la propagation des moustiques dans le village. En outre, ils procèdent à l’assainissement de leur milieu de vie en éliminant les végétaux servant de nids aux moustiques et autres objets pouvant retenir de l’eau.

Une autre solution, moins naturelle cependant est l’utilisation des sprays contenant du DEET dans les domiciles. Les produits anti-moustiques pour la peau sont également très utilisés, surtout lors des sorties nocturnes, de même que les habits recouvrant tout le corps. A toute fin utile, sachez que la dose idéale de DEET dans un produit anti-moustiques est inférieure à 25%. Alors ne vous faites par avoir par des commerçants véreux !

La dernière précaution et la plus répandue est l’utilisation des grillages au niveau des ouvertures des maisons. Vous pouvez quand même voir les moustiques s’y poser allègrement, observant les va-et-vient des paisibles populations et prêts à les piquer à tout moment. (Source)

En somme, bien qu’absent dans les grandes villes de Thaïlande comme Phuket, le paludisme est si populaire dans le pays qu’il y est classé comme multi résistant. Alors, si vous partez en séjour touristique à Phuket, évitez de courir à la vue d’une horde de moustiques. Ces derniers étant attirés par les fortes températures et le dégagement de CO2 ne devraient pas tarder à vous identifier. Soyez donc zen et profitez sans stress de votre séjour!

Laissez un commentaire