Le poulet, un répulsif à moustiques qui s’ignorait

D’après une étude apparue dans la revue médicale Malaria Journal, le poulet serait en passe de devenir le nouvel outil de lutte contre les Anophèle arabiensis, moustiques vecteur du paludisme. Imaginez donc nos wesh poulets passer du statut de bon pour la casserole  à celui d’animaux de compagnie,  tout cela parce que des scientifiques éthiopiens ont observé que les moustiques, fan de sang frais, piquaient volontiers humains et la plupart des animaux de leur entourage mais se gardaient autant que possible d’approcher ces volatiles.

Une découverte particulière

Selon Habte Tekie, professeur d’entomologie à l’université d’Addis Abeba et chef de fil de cette équipe de scientifiques , l’efficacité des émanations tiendrait à leur composition chimique et à la perception des moustiques. En effet, les moustiques dont le mode opératoire consiste à détecter leurs proies par le dioxyde de carbone qu’elles rejettent  avant de les  localiser puis les piquer ont à la vue d’un poulet, un comportement différent. Quand ils perçoivent les émanations des poulets, il semblerait que leur instinct de piqueur leur enjoint de fuir très loin cette bête à plumes qui pourraient les manger.

Afin de confirmer cette découverte, des tests ont été effectués en zone rurale dans la région Oromo. Dans les trois villages retenus, certains ménages ont dormi avec un poulet dans  une cage suspendue à côté de leurs moustiquaires alors que les autres ont simplement dormi sous moustiquaire, sans ce dispositif. Chez les ménages qui ont cohabité avec les poulets, le lendemain les pièges à moustiques installés étaient vides, contrairement à ceux qui ont dormi sans cette protection.

Le poulet maintient les moustiques loin de vous!

Le poulet maintient les moustiques loin de vous!

Les mêmes expériences ont été tentées cette fois-ci avec des fioles distillant des extraits d’odeur de poulet. Des résultats similaires ont été obtenus. Pour rendre cette découverte plus pratique, l’équipe de scientifique, en collaboration avec une université suédoise, travaille à mettre au point une essence de synthèse. Celle-ci aux dires d’Habte Tekie, offrira une protection efficace sans risque pour la faune, la flore et les hommes. En outre, contrairement aux autres répulsifs, celui-ci présente un faible potentiel de résistance.

En attendant les résultats de ce travail collaboratif, les poulets peuvent avoir le cœur à la fête, ne pensez-vous pas ? Nous ne pouvons que vous enjoindre de vous saisir de vos cages et poulets ! Si vous hésitez, pensez à quel point cela peut être art-déco -l’art n’étant pas toujours pratique- d’avoir un poulet qui trône au centre du salon en lieu et place du mosquito ou encore au pied de votre lit…Toutefois, la perspective de voir le délicat carrelage de vos habitations souillé par les excréments de poulets devrait constituer un important blocage, à moins que la science en perpétuel progrès ne nous invente dans les plus brefs délais, des serviettes hygiéniques lavables pour poulets…

Ceci dit, bien qu’il y ait une part de légèreté dans ce sujet, il ne faut pas oublier à quel point le paludisme est une grande faucheuse à travers le monde. En Afrique où ses victimes sont les plus nombreuses, il est l’une des causes  du sous-développement et de l’extrême pauvreté. Il anéantit les espoirs des plus démunis par des cycles fréquents de contagion et participe à la déscolarisation des enfants en zone rurale.

On meurt encore du paludisme ! Il faut donc agir tous ensemble et ce avec des actions simples comme l’entretien de son environnement immédiat et si possible, en prenant part aux opérations de sensibilisation organisées par l’Etat ou la Société civile.

Pour mieux chasser les moustiques:

2 commentaires

  1. Claude Bernard DANSOU sur 25 juin 2017 à 8 h 36 min

    Je suis fier qu’une équipe de mon pays s’intéresse d’aussi près à un fléeau qui nous touche si effroyablement.Félicitations!Je trouve assez curieux le contenu de votre article.
    Une préoccupation:dans quel rayon les moustiques d’une flaque d’eau agissent-ils?Je pose la question car , si vous oeuvrez à débarrasser votre environnement immédiat des niches où se multiplie cette bestiole et que votre voisin ne fait pas de même le combat n’est pas gagné,n’est-ce pas?

    • Francis Ahlé Francis Ahlé sur 28 juin 2017 à 9 h 15 min

      Merci monsieur DANSOU pour vos compliments. Ils nous gonflent à bloc et nous encouragent à poursuivre notre action par rapport à cette thématique qui en fait, n’est pas très évidente à aborder. les moustiques ont un rayon d’action de 15km, flaques d’eau ou non. En conséquence, les actions isolées ne sont hélas pas d’une grande efficacité.

Laissez un commentaire